Cycle 2021 / 2022

Programme des conférences

Cher(e) ami(e),                                                  

                         

 Agora est heureuse de vous présenter son programme de conférences pour la saison 2021-2022 et espère qu’il pourra retenir votre attention.                         

Nous souhaitons vivement pouvoir (continuer à) vous compter au nombre de nos adhérents : en effet, à l’heure où les collectivités territoriales mesurent de plus en plus chichement leur soutien aux associations comme la nôtre, seul votre engagement pourra nous permettre de continuer de faire vivre à Orange un espace ouvert à la réflexion rigoureuse et à la discussion rationnelle.

En outre l’adhésion à Agora vous offrira l’avantage d’un accès gratuit aux conférences, l’assurance d’une information régulière et la faculté de participer à la fixation des activités et des orientations de l’association.

                                 A très bientôt pour de nouvelles aventures philosophiques.

                                 Agoraphiliquement vôtre,

            Le président : Serge Tziboulsky

 Marc Abélès (anthropologue, CNRS/EHESS) :

 

Le poids croissant des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information a transformé considérablement les conditions du débat public. Au nom de la liberté d’expression, il est désormais possible de manipuler l’information à une large échelle. Les infox lancées sur le net atteignent un taux de viralité très élevé jusqu’à influer profondément sur les choix politiques. En référence à des événements politiques récents, notamment en France et aux Etats-Unis, on analysera le nouveau monde des fake news et l'on s’interrogera sur la manière dont la démocratie peut aujourd’hui faire face aux diktats de la post-vérité.  

En partenariat avec le Café littéraire et Orange Passion Livres, pour le 700ème anniversaire de la mort de Dante :

Michel Orcel (écrivain, traducteur, psychanalyste) :

Lire Dante (et le traduire) aujourd’hui. Pourquoi ? Comment ?

Dante est-il un auteur pour aujourd'hui ? Peut-il parler aux hommes de ce temps ? Et que peut-il leur dire ? Oui, Dante est notre contemporain, et ses leçons, morales, politiques, spirituelles, sont plus actuelles que jamais. Encore faut-il pouvoir donner de son chef-d'œuvre - qui n'est pas seulement italien, mais universel - une transcription (comme, en musique, on parle d'une transcription pour un instrument) adéquate.

Dans le cadre des Journées Bleu Orange consacrées à la justice :

Jean Lassègue (philosophe, CNRS/EHESS) :

« Ce que le numérique fait à la justice. »

 

La digitalisation du droit et de la justice a favorisé la résurgence d’un certain nombre de mythes tenaces quant à la possibilité d’un remplacement du jugement de justice par des algorithmes. Tout en critiquant ces mythes on observera que le droit et la justice se transforment de façon irréversible. La conférence voudrait prendre la mesure de ces changements tout en les replaçant dans un cadre plus vaste.

Sarah Al-Matary  (M de C littérature 19ème-20ème siècles, univ. Lyon 2) :  

Les adversaires des intellectuels ont-ils perdu la raison ?

Le discours anti-intellectualiste, souvent associé à la valorisation du corps, du sentiment, de l’instinct, de l’inconscient, ne renonce pour autant ni au raisonnement ni à la mise en système. Ses idéologues se placent évidemment du côté de l’intelligence, et mobilisent toutes les ressources de la culture lettrée, au point qu’on peut les considérer eux-mêmes comme des intellectuels. Les auteurs qui, depuis le XIXe siècle, ont professé un anti-intellectualisme « de raison », aussi bien à gauche qu’à droite, espèrent substituer à la société contemporaine une autre société : inégalitaire chez les conservateurs, elle soutient un rêve de justice ou d’émancipation chez les révolutionnaires. Pour les uns et les autres, elle est fondée sur la volonté d’éduquer plutôt qu’instruire.

Alain Guyard (« philosophe forain ») :  spectacle :

Moins on se connaît, mieux on se porte.

Les gens s’imaginent qu’ils ont une identité personnelle, profonde et bien à eux, qu’ils la rencontrent avec un peu de psy, de développement personnel et de méditation transcendantale. Mais si tout cela n’était qu’une énorme et très sympathique esbroufe destinée à nous faire croire que nous existons au fond de nous, comme un escargot dans sa coquille ou une appendicite dans son boyau, dans le but de nous tirer un max de thunes, afin que les formateurs en psychologie transcendantale se paient un week-end dans un riad à Marrakech, loin, très loin de leur moi profond et près, très près de la piscine et du bar à cocktails ?...

Nicole Lapierre (sociologue – Directrice de recherche émérite au CNRS) :

Faut-il se ressembler pour s’assembler ?  (La dangereuse évidence des ressemblances)

L’idée de fonder la famille, la nation, la société exclusivement sur les ressemblances de leurs membres est une fausse et dangereuse évidence. Ressemblances et différences évoluent au gré des relations, des expériences et des rencontres. La comparaison, qui est d’abord affaire de regard, ne saurait privilégier les premières, ni hiérarchiser les secondes.