Le détail  des conférences— débats organisées par AGORA à ORANGE depuis 1989

AGORA         16, rue reine wilhelmine 84100 ORANGE

Téléphone : 04 90 51 71 18
Messagerie : 
AGORANGE2@wanadoo.FR

Pour nous contacter : AssOcIation AGORA

Pierre MAGNARD, professeur émérite à la Sorbonne, poursuit ses recherches sur l’époque fondatrice de l’humanisme que fut la Renaissance des 15ème et 16ème siècles. A ce titre il a publié, après nombre d’études spécialisées, Questions à l’humanisme (PUF, 2000), qui lui valut le Grand Prix de Philosophie de l’Académie Française. Parallèlement, à partir d’une thèse de doctorat d’Etat sur Pascal (Nature et histoire dans l’apologétique de Pascal, Belles Lettres, 1975), il mène une réflexion de philosophie religieuse qui lui a inspiré Pourquoi la religion ? (Armand Colin, 2006), Le Dieu des philosophes (La Table Ronde, 2007) et Pascal, la clé du chiffre (La Table Ronde, 2007).

   Attaché à la tradition et à la transmission des savoirs, il voudrait faire part à ses auditeurs d’Orange de quelques unes de ses découvertes sur les origines humanistes de l’identité européenne. Prise de notes en conférence

Jean-Marc Ferry enseigne la philosophie et les sciences politiques à l’Université Libre de Bruxelles. Il a traduit en français la Théorie de l’agir communicationnel de Jürgen Habermas. Disciple de Habermas il développe une pensée articulée autour de l’idée que l’identité humaine est tantôt narrative, interprétative, argumentative ou reconstructive. Sa pensée philosophique se prolonge sur le plan politique dans une réflexion sur l’Europe comme lieu du post-national.

Ses principaux ouvrages :

Les Puissances de l’expérience. Essai sur l’identité contemporaine (Cerf, 1991), Philosophie de la communication (Cerf, 1994), L’Allocation universelle. Pour un revenu de citoyenneté (Cerf, 1995), La Question de l’Etat européen (Gallimard, 2000), Les Grammaires de l’intelligence (Cerf, 2004), Europe, la voie kantienne. Essai sur l’identité post-nationale (Cerf, 2005).

Sa conférence :

   L’éthique, la morale et la religion sont les pôles auxquels s’oriente l’humanité pour autant qu’elle veuille donner sens à son existence.

   À l’éthique correspond l’orientation vers la vie bonne ; à la morale, celle de la société juste ; tandis qu’à une religion séculière revient l’idéal de l’unité. C’est l’anticipation d’une vie alliant l’amour des hommes au respect de leurs droits.

   Cependant, le risque totalitaire n’est pas loin, lorsque l’amour investit les rapports politiques entre un peuple et son leader, ou lorsque le droit vient régenter les relations familiales jusque dans ses aspects les plus intimes. Ce sont là des problèmes actuels.

   Comment articuler les deux principes sans faire courir à nos sociétés le risque de graves régressions ?

   C’est le défi auquel doit s’affronter une réflexion sur le temps présent, une réflexion qui se risque aussi à l’imagination prospective. On parle d’espérance cosmopolitique.
Prise de notes en conférence

Les conférences en détail 2006-2007