Les conférences en détail

2009– 2010

Le détail  des conférences— débats organisées par AGORA à ORANGE depuis 1989

AGORA         16, rue reine wilhelmine 84100 ORANGE

Téléphone : 04 90 51 71 18
Messagerie : 
AGORANGE2@wanadoo.FR

Pour nous contacter : AssOcIation AGORA

Jean Salem est professeur d’histoire de la philosophie à l’Université de Paris 1 et Directeur du Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne. Il anime dans cette Université le Séminaire d’Histoire du Matérialisme et le Séminaire « Marx au XXIème siècle : l’esprit et le lettre ». Spécialiste de l’atomisme et du matérialisme antiques il s’est également intéressé à Vasari, Feuerbach, Maupassant, Lénine, etc. et a rédigé plusieurs manuels de philosophie destinés aux lycéens et aux étudiants.

 

Il a publié notamment :

    -    Tel   un dieu parmi les hommes. L’Ethique d’Epicure, Vrin 1989,  3ème éd. 2009.

- La mort n’est rien pour nous. Lucrèce et l’éthique, Vrin 1990, 2ème éd. 1997.

- Démocrite. Grains de poussière dans un rayon de soleil, Vrin, 1996. Prix Reinach 1996.

- Cinq variations sur la sagesse, le plaisir et la mort, Encre Marine, 1999. Prix La Bruyère 2000 décerné par l’Académie Française.

- Philosophie de Maupassant, Ellipse, 2000. Prix Bouctot 2001décerné par l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Rouen.

- Giorgio Vasari (1511-1574) ou L’Art de parvenir, Kimé, 2002.

- Une lecture frivole des Ecritures. L’Essence du christianisme de Ludwig Feuerbach, Encre Marine, 2003.

- Lénine et la Révolution, Michalon (Encre Marine), 2006.

 

Jean-Marie Schaeffer, directeur d‘études à l’EHESS, directeur de recherche au CNRS et directeur du Centre de recherches sur les arts et le langage (EHESS/CNRS), est spécialiste d’esthétique philosophique et de théorie des arts.

 

Ses principaux ouvrages :

 

- L’art de l’âge moderne, Gallimard, 1992

- Les célibataires de l’art, Gallimard, 1996

- Pourquoi la fiction ? Le Seuil, 1999

- Adieu à l’esthétique, PUF, 2000

- La fin de l’exception humaine, Gallimard, 2007

- En préparation : L’expérience esthétique (Gallimard)

 

Argument de sa conférence :

   Les travaux récents en philosophie de l'esprit et en psychologie cognitive permettent de reprendre à nouveaux frais la question de l'expérience esthétique. On distinguera d'abord la problématique esthétique de la problématique artistique, avant de s'intéresser  à la question de la généalogie de la relation esthétique  dans sa composante cognitive tout autant que hédonique, ainsi qu'à sa réalité psychologique. Il apparaîtra que l'expérience esthétique constitue une conduite anthropologique de base qui a des racines évolutives anciennes et qui peut être mise au service des buts les plus divers.

Argument de sa conférence :

   Marx n’est plus en 2009 ce mort qui fut prématurément enterré pendant les 25 années de plomb dont nous sortons à peine. Sont là  pour en témoigner le renouveau des études marxistes en France et dans le monde, les publications, les colloques et autres conférences, mais aussi les mouvements sociaux qui se réclament de ses idées ou les font ressurgir.
   Jean Salem soulignera l’extraordinaire actualité du
Manifeste communiste et du Capital en ces temps de crise et d’instabilité absolue,  nous invitera à un « parcours guidé » du marxisme, et tracera quelques perspectives pour l’avenir

Organisée à Orange par Agora, le Café littéraire, L'Ecran magique,

la librairie L'Orange bleue et le Théâtre du Rêve Eveillé :

 

Anthony James est spécialiste de la littérature française du 19ème siècle et, notamment, de Victor Hugo. Il a enseigné au Department of French Studies de l’Université de Manchester (Grande-Bretagne) de 1965 à 1993, puis, comme Maître de langue, à la Section d’Anglais de l’Université de Dijon (1994-1995). Installé depuis une quinzaine d’années en France il vit actuellement près de Cluny.

A l’occasion du centenaire de la mort de Victor Hugo, il a organisé à l’Université de Manchester le colloque international Victor Hugo et la Grande –Bretagne et participé à plusieurs colloques hugoliens, à Dijon, Cerisy-La-Salle, Nice et Paris. Il a publié de nombreux articles, qui touchent aussi bien à la littérature (en particulier à Victor Hugo) qu’à la psychanalyse ou à la psychiatrie, et deux ouvrages :

- Victor Hugo, Littérature et philosophie mêlées, Edition critique en 2 Tomes, Klincksieck, collection Bibliothèque du XIXe siècle, 1976.

- Dream, Madness, and Creativity in Nineteenth-Century France, Oxford, University Press, 1995, traduit en français par Sylvie Doizelet et publié chez Gallimard en 1997 sous le titre Vies secondes dans la collection Connaissance de l’Inconscient.

Il se consacre actuellement à un livre sur Descartes : Le songe et la raison.

L'autre dérange et déstabilise. Par sa différence, il dépayse, étonne, surprend, met en danger. Il oblige à s'interroger sur la place que l'altérité occupe dans notre vie et sur celle que nous sommes disposés à lui accorder. Il oblige aussi à regarder de plus près notre "mêmeté". C'est alors, cependant, que l'inconnu surgit. La proximité révèle nos faiblesses et nous fragilise : plus on regarde, plus on a peur.

 

Michela Marzano à fait ses études secondaires au lycée Pio IX de Rome. Après avoir intégré l’École Normale Supérieure de Pise, elle s’oriente vers des études de philosophie et suit parallèlement le cursus de philosophie analytique et de bioéthique à l’Université de Rome I. Sa thèse sur le statut du corps humain, soutenue à l’ENS en 1998 la conduit progressivement à s’intéresser au domaine de la philosophie morale et politique et notamment à la place qu’occupe aujourd’hui l’être humain, en tant qu’être charnel.
Arrivée en France en 1999, elle intègre le CNRS en 2000 où elle est actuellement Chargée de recherche de première classe,
affectée au Centre de Recherche Sens Éthique Société. En 2006 elle obtient sa qualification comme professeur de philosophie.

Bibliographie de Michela Marzano (ouvrages les plus récents) :

· Le fascisme. Un encombrant retour ? Larousse, 2009

·  Visages de la peur. PUF, 2009

· Extension du domaine de la manipulation. Grasset, 2008

· L’éthique appliquée. PUF, "Que sais-je ?", 2008

· La mort spectacle. Enquête sur l' "horreur-réalité". Gallimard, 2007

· Dictionnaire du corps (dir.). PUF, 2007

· Critique des nouvelles servitudes. PUF, 2007

· La philosophie du corps, PUF. "Que sais-je ?", 2007

· Je consens, donc je suis. L'Ethique de l'autonomie,.PUF, 2006

· Malaise dans la sexualité. J.C. Lattès, 2006

· La fidélité ou l’amour à vif. Buchet/Chastel, 2005

François Flahault, philosophe, est  Directeur de recherche au CNRS et anime un séminaire d'anthropologie générale à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Au croisement de la philosophie et des sciences humaines, son travail s’inscrit dans le prolongement de ceux de Norbert Elias, Louis Dumont ou Jean-Pierre Vernant. Ses recherches philosophiques  mettent en question la conception traditionnelle du sujet comme substance, devenue incompatible avec les connaissances actuelles, et lui substituent une conception relationnelle, selon laquelle  chacun de nous existe et ne peut exister que dans un milieu de vie, un écosystème social.

Ses principaux ouvrages :

- Le Crépuscule de Prométhée. Contribution à une histoire de la démesure humaine, Mille et une nuits, 2008

- Adam et Eve. La Condition humaine, Mille et une nuits, 2007

- « Be yourself ». Au-delà de la conception occidentale de l’individu, Mille et une nuits, 2006

- Le Paradoxe de Robinson. Capitalisme et société, Mille et une nuits, 2005

- Pourquoi limiter l’expansion du capitalisme ? Descartes & Cie, 2003

- Le Sentiment d’exister. Ce soi qui ne va pas de soi, Descartes & Cie, 2002

- Le Pensée des contes, Anthropos, 2001

- La Méchanceté, Descartes & Cie, 1998

 

Argument de sa conférence :

       Dans l'Occident moderne, science, technique et économie ont fait alliance
dans le cadre d'un idéal prométhéen de progrès. Celui-ci n'a pas que des
aspects positifs : sous des dehors rationnels, il est travaillé par la
démesure humaine. Dès lors la crise écologique et la crise
financière n'appellent pas seulement des mesures pratiques mais rendent également nécessaire la mise en question de la vision prométhéenne de l'être humain et
de la société qui a dominé la modernité.

Frédéric Worms est  Professeur d’histoire de la philosophie moderne et contemporaine à l’Université de Lille III, Directeur du Centre international d'étude de la philosophie française contemporaine à l'Ecole Normale Supérieure (Paris) et Président de la Société des Amis de Bergson. Il dirige aux PUF la collection « Philosophie française contemporaine », les Annales Bergsoniennes et la première Edition critique des œuvres de Bergson. Il est membre du Comité de rédaction de la revue Esprit.

Ses principaux ouvrages :

- Droits de l’homme et philosophie, une anthologie (1789-1914), avec une Introduction et des notices  (Presses-Pocket, 1993; 2ème   édition, CNRS Editions, 2009).

Introduction à Matière et mémoire de Bergson (PUF, 1997).

Bergson, biographie, deuxième partie (1918-1941), in Bergson, biographie par Philippe Soulez et F. Worms (Flammarion, 1997, 2ème  édition, PUF, coll. Quadrige, 2002).

Bergson ou les deux sens de la vie (PUF, 2004).

La philosophie du XX° siècle en France, moments (Gallimard, coll. Folio-Essais, 2009).

-  A paraître en mai 2010 : Le Moment du soin : A quoi tenons-nous ? (PUF).

Argument de sa conférence :

  La « philosophie française du XXème siècle » n’est ni une succession de figures singulières (Bergson, Sartre, Deleuze), ni un ensemble homogène et replié sur lui-même. Elle est faite, au contraire, à la fois de moments distincts, discontinus, marqués par des ruptures et des reprises, et d’ouvertures. Elle est  également constituée de relations avec les sciences, les arts et la politique. On étudiera ainsi les trois moments de ce siècle à travers trois des relations majeures qui l’ont marqué – Bergson et Einstein, Sartre et Camus, Mai 68 -, pour conduire aux problèmes nouveaux et aux enjeux partagés qui définissent le moment présent.

Frédéric Gros, ancien élève de l’ENS- rue d'Ulm et docteur en philosophie, est professeur à l'Université de Paris Est - Créteil. Il a travaillé sur l'oeuvre de Michel Foucault dont il édite les cours au Collège de France, mais aussi sur l'histoire de la psychiatrie et le problème de la justice pénale. Actuellement, après un ouvrage sur la problématisation occidentale de la guerre, il travaille sur l'histoire du concept de sécurité.

 

Ses principaux ouvrages :

- Foucault et la folie, PUF, coll. « Philosophies », 1997

- Et ce sera justice. Punir en démocratie (avec A. Garapon et T. Pech), O. Jacob, 2001

- Foucault. Le courage de la vérité (dir.), PUF, coll. « Débats philosophiques », 2002

- Michel Foucault, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2004

- Etats de violence. Essai sur la fin de la guerre, Gallimard, 2006

- Marcher, une philosophie, Carnets Nord, 2009

 

Argument de sa conférence :

   

   Au sens premier la sécurité signifie un état mental : tranquillité d'âme et sérénité intérieure. La philosophie hellénistique (particulièrement l'école stoïcienne) a élaboré un programme d'exercices spirituels propres à induire cet état. On présentera un certain nombre de ces techniques de soi qui sont comme une introduction pratique à la sagesse antique : comment sécuriser les représentations extérieures, les mouvements intérieurs, l'action publique et la peur de la mort.

Jean-Fabien Spitz est professeur de philosophie politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut Universitaire de France.

 

Ses principaux ouvrages :

- La Liberté politique. Essai de généalogie conceptuelle, PUF, 1998.

- L’Amour de l’égalité. Essai sur la critique de l’égalitarisme républicain en France, 1770-1830, Vrin, 2000.

- Le Moment républicain en France, Gallimard, 2005.

- Abolir le hasard ? Responsabilité individuelle et justice sociale, Vrin, 2008.

- Pourquoi lutter contre les inégalités ? Bayard, 2010.

Argument de sa conférence :

  

   On essaiera de montrer que la forme de dérégulation du marché qui caractérise le néolibéralisme contemporain est infidèle à l’inspiration première du mouvement libéral et que celle-ci serait mieux illustrée aujourd’hui par un Etat redistributeur rénové qui se soucie de corriger les inégalités de pouvoir qui naissent d’un prétendu marché autonome.