Le détail  des conférences— débats organisées par AGORA à ORANGE depuis 1989

AGORA         16, rue reine wilhelmine 84100 ORANGE

Téléphone : 04 90 51 71 18
Messagerie : 
AGORANGE2@wanadoo.FR

Pour nous contacter : AssOcIation AGORA

Raphaël Enthoven (*): "Camus, le non-sens et la joie", un commentaire libre d'un extrait de Noces. : ancien élève de l’École Normale Supéreure et agrégé de philosophie, il enseigne tout d’abord pendant deux ans à l’université de Lyon III, avant d’enseigner à l’Université Populaire de Caen, où, en 2002 et 2003, il anime le séminaire de philosophie générale, tout en devenant le producteur de l'émission radiophonique Les vendredis de la philosophie sur France Culture. Aujourd’hui Maître de conférences à l’Institut d'Etudes Politiques de Paris, il anime des cycles de leçons sur Spinoza, Bergson et Clément Rosset aux Mardis de la philo , et à la Bibliothèque nationale sur

la question du « sens de la vie ». Conseiller de la rédaction de Philosophie Magazine, où il tient la rubrique « Sens et vie », il est toujours producteur à France-Culture où, après s’être occupé du Rendez-vous des politiques en partenariat avec le magazine L’Express, il anime désormais quotidiennement l’émission Les nouveaux chemins de la connaissance. Il a publié en 2007 chez Fayard Un jeu d’enfant – la philosophie. Sur Camus il a produit et animé une série d’émissions sur France Culture en août 2006.

Prise de notes en conférence et note conf. avec L. Bove.

Bruno Latour, agrégé de  philosophie, s'est formé à l'anthropologie en Côte d'Ivoire.  Après   avoir longtemps enseigné  au CNAM,  puis à l’Ecole des  Mines,  il est aujourd’hui  professeur des Universités à Sciences  Po. directeur  adjoint de  Sciences Po, chargé de  la  politique scientifique et  de  l'évaluation  et président du comité Culture de la Fondation de France.

Ses principaux ouvrages : Son  premier livre,  La vie  de  laboratoire (1979),  décrit le  fonctionnement  quotidien  d'un laboratoire californien  en  utilisant   des   méthodes   ethnographiques.  Il  a travaillé  ensuite sur  les  liens entre   la révolution  de  Pasteur et la société  française du 19° siècle (Les Microbes, guerre et paix, 1984 ;  La Découverte  Poche 2001).  Sur   les multiples  connexions  entre  la sociologie, l'histoire  et l'économie des  techniques il a  publié un livre de synthèse : La science en action (1989). Une étude de cas  sur un métro  automatique, Aramis  ou l'amour  des  techniques  (Prix  Roberval  1992)  lui a   permis  de   résumer   les   recherches effectuées  depuis  de  nombreuses  années  sur  la  dynamique  des  innovations  et  la  philosophie  des techniques  qu'elle implique.  Ses  intérêts  pour  les  questions  de  gestion  et  de  d'organisation  de  la recherche  vont  de  pair  avec  des  travaux  de philosophie  comme  Nous n'avons jamais été modernes (1991)  et  de  culture  scientifique  comme  dans  Petites leçons de sociologie des sciences (1996)  Paris  ville  invisible (1998) est   un travail  de   théorie   sociologique effectué à  partir  d'enquêtes photographiques, et  Politiques  de  la nature - comment faire entrer les sciences en démocratie (1999) fait  la  synthèse  des travaux sur la philosophie de l'environnement. Il a publié également un ouvrage sur  l'ethnographie du Conseil d'Etat, La fabrique du droit (2002). L'espoir de Pandore (2001) fait le point sur l'impact des « science  studies » sur  la philosophie  des  sciences.  Changer de société - refaire de la sociologie  (2006)  présente  au  public  français  la sociologie  de  la  traduction (ou théorie  de l’acteur-réseau). La plupart de ses ouvrages en français sont aux éditions La Découverte.

Sa conférence : La vie publique des trois derniers siècles autant que la philosophie politique ont développé toute une armature pratique et conceptuelle pour définir la vie publique des humains entre eux, de leurs droits et de leurs devoirs. Depuis une centaine d’années les questions posées par l’irruption des écologies dans cette vie publique n’ont pas encore trouvé le moyen d’entrer profondément dans les institutions de la démocratie. Il est grand temps de reprendre le travail de nos prédécesseurs pour étendre la démocratie et proposer une politique de la nature.

Prise de notes en conférence

Les conférences en détail 2005-2006